Bo-Boliko Lokonga sera conduit ce samedi à sa dernière demeure

D’aucuns n’ignorent que le célèbre sénateur André Boboliko Lokonga Monse Mihambo, a tiré sa révérence depuis le vendredi 30 mars dernier à Bruxelles en Belgique. Né le 15 août 1934, ce Premier ministre honoraire et ancien président de l’Assemblée nationale, est décédé à l’âge de 84 ans. Son corps a été rapatrié le jeudi 12 avril courant dans la soirée.

Et le lendemain, c’est-à-dire, ce vendredi 13 avril en début d’après-midi, la dépouille mortelle de Bo-Boliko Lokonga a été officiellement accueillie par les présidents des deux chambres du Parlement de la République démocratique du Congo, Léon Kengo wa Dondo du Sénat et Aubin Minaku Ndjalandjoko de l’Assemblée nationale. Après la cérémonie solennelle, le corps de l’illustre disparu est exposé au Palais du peuple où le deuil et la veillée mortuaire sont organisés.

C’est ce samedi 14 avril 2018 que le sénateur Bo-Boliko Lokonga sera conduit à sa dernière demeure au cimetière Mbenseke-Futi dans la commune de Mont-Ngafula. Son inhumation interviendra justement après des hommages officiels dignes de son rang de grand homme d’Etat congolais de renommée qui bat le record de longévité au poste de président de l’Assemblée nationale.

Dans le cadre, signalons par ailleurs qu’il est succédé, en termes de longévité, par Aubin Minaku Ndjalandjoko qui a totalisé ce jeudi 12 avril, six ans en qualité de président de l’Assemblée nationale. Aubin Minaku à son tour est succédé par Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya qui a été pendant cinq (de 1992 à 1997) en tant que président du Haut-conseil de la République Parlement de la transition (HCR-PT).

Curieusement, ces trois anciens présidents de l’Assemblée nationale qui battent le record de longévité, sont tous originaires du grand Bandundu. Si Aubin Minaku est de l’actuelle province du Kwilu, Bo-Boliko Lokonga et Laurent Cardinal Monsengwo sont de l’actuelle province de Maï-Ndombe.

Dans son communiqué officiel rendu public le 30 mars dernier, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko, a souligné que son aîné André Boboliko Lokonga Monse Mihambo mérite de la part de la Nation, une juste reconnaissance et des obsèques dignes de son parcours et de son rang.

En outre, en date du 04 avril courant, le Gouvernement de la République s’était réunit autour du Premier ministre Bruno Tshibala, en vue d’exécuter la décision qui a été communiquée au Gouvernement par le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, d’organiser conformément aux textes de loi, ces funérailles de l’ancien sénateur André Boboliko Lokonga.

D’autant plus qu’il existe dans ce pays, un protocole légal en ce qui concerne les funérailles des anciens présidents de Parlement comme des anciens Premiers ministres et chefs de gouvernement. Certainement le Gouvernement se réfère à ce protocole légal. Ce, à partir des préparatifs, d’abord, du rapatriement du corps, puis des honneurs publics et des funérailles dignes de son rang.

Mais aussi pour le retour des membres de la famille biologique de l’illustre disparu, qui l’ont accompagné à l’étranger pour ce dernier voyage effectué dans sa vie. Et même de ceux d’autres membres de la famille qui vivent en Europe et qui voudraient également revenir au pays pour participer aux funérailles de leur patriarche.
He hopes to paper writer attend oxford, majoring in philosophy.