Élections: «Il y aura élections sans la machine à voter», répliquent les deputés “Unc”

 

Par Edmond Izuba

 

Dans un point de presse organisé ce mercredi au siège de l’union nationale congolaise, les parlementaires de l’Unc et Alliés et expert indépendant ont scruté la machine à voter, jusqu’à démontrer les faiblesses de cette nouvelle technologie. D’après ces parlementaires, la machine regorge plus d’inconvénients que des avantages. “Pourquoi devons-nous continuer à parler d’une chose qui ne figure pas dans le calendrier électoral ? Non. Nous irons aux élections sans la machine à voter, ce 23 décembre 2018”, réplique  le président du groupe parlementaire, Jean Marie Bamporiki, à C. Nangaa.

 

A Grégroire Mirindi d’ajouter: “seule la Ceni maitrise les vraies raisons de l’imposition de cette machine à notre processus électoral.» les deputés Unc et Alliés ne se sont pas limités là. Ils ont, en outre, fait remarquer la violation systématique de plusieurs dispositions de la constitution, qui détermine les conditions des élections et du referendum, au cas où cette machine sera maintenue.

 

L’expert indépendant n’est autre qu’un journaliste, auteur de l’ouvrage “Qu’est-ce que le vote électronique ? Qu’est-ce qu’une machine à voter ? ”. Moïse Musangana, Directeur général Canal Kin télévision (une chaine locale), a expliqué que la machine à voter poser problème sur beaucoup de plans, en citant : sémantique, politique, juridique, éthique, la non confidentialité du vote, etc.