RDC : « Seul le tourisme d’aventure peut accrocher pour l’instant en RDC  » (Honoré Bena Ntumba)

Par la Rédaction

À Table View, Cape town où il vit depuis plusieurs années, « vieux hono », comme on appelle affectueusement Honoré Bena Ntumba est respecté par la communauté congolaise en Afrique du sud. La diaspora congolaise au pays de Nelson Mandela est certes la plus importante au monde mais c’est aussi où l’insertion sociale est la plus difficile à cause d’un tissu économique qui se rétrécit à vue d’oeil et une constante pression des autochtones sur le pouvoir public pour diverses revendications y compris l’emploi.

La dernière trouvaille sud-africaine de xénophobie n’a pas arrangée une situation sociale déjà délétère. De manière tout à fait injustifiée, des sud-africains s’en sont pris aux  » foreigners »,étrangers sous prétexte qu’ils piquent leurs emplois alors même que souvent ces étrangers évoluent dans des catégories où les nationaux n’ont aucune compétence.Car la politique de l’emploi est bien claire sur la question. Pour chaque poste disponible, il faut s’assurer qu’aucun national n’est intéressé avant de le passer à un étranger. Bréf, c’est dans cet environnement à la limite de l’hostilité que cet ancien conseiller de ministre s’est frayé un chemin dans le tourisme en Afrique du sud.

Un domaine qui pourvoit au moins à 30% du budget de ce pays. Après avoir œuvré au service des quelques employeurs, Honoré Bena Ntumba a décidé de s’installer pour son compte en devenant patron de Savy, tours et services www.savytoursandservices.co.za. Guide touristique de renommé internationale parmi les meilleurs que compte ce pays, Honoré Bena Ntumba définit SAVY comme étant  » une société née à partir d’une longue expérience d’un guide. Nous avons pensé mettre à la disposition des touristes notre savoir-faire dans l’organisation et la conduite des circuits dans tout l’hémisphère austral ».

Si par raison, Honoré Bena Ntumba a planté la bannière de SAVY en Afrique Australe, sa passion demeure focalisée sur le développement du tourisme au Congo. Et sur le sujet il est intarissable et voir même incollable.

« Le tourisme est tenu par deux impératifs, la sécurité et les infrastructures », soutient-il avant de constater que la RDC malgré son gros potentiel touristique est desservi sur ces 2 plans.

Les sites à fort potentiel touristique sont aussi ceux dont la sécurité est décriée au plan international. La partie Ouest du pays où règne une certaine paix ne dispose pas de mêmes atouts touristiques que la zone Est de la RDC.

Quant aux infrastructures, elles sont encore un défi pour le pays. » Il est clair qu’au stade actuel, les infrastructures touristiques congolaises ne peuvent pas concurrencer avec celles des pays qui ont su industrialiser l’activité touristique », reconnaît-il. Est-ce pour autant qu’il faut désespérer de voir le secteur touristique prendre son envol en RDC ? « Non », affirme de manière péremptoire, Honoré Bena . » Le pays peut se lancer dans le tourisme d’aventure », révèle-t-il. »Je dispose des plusieurs scenariis sur cette thématique. L’un d’entre eux est d’inviter les touristes à venir vivre dans les conditions naturelles dans la forêt équatoriale. Les prévenir qu’ils pourraient manger par terre, vécu une aventure du genre.
« J’y ai accompagné des touristes occidentaux.

Nous vivons dans des gites construites à base de rameaux. Nous prenons notre douche grâce à des seaux d’eau réchauffés au soleil.Il y avait des moustiques. Mais les touristes appréciaient tout cela.Ils avaient été préalablement avertis de ces conditions et du reste , c’était aussi leur choix. » Le patron de SAVY, Tours et Services est persuadé qu’il suffit de peu de chose pour que la forêt équatoriale devienne une attraction qui va draîner vers la RDC des touristes du monde désireux de goûter à « l’aventure » au Congo en vivant dans les conditions premières notamment chez les pygmées ou autres autochtones.

« À l’époque, j’avais survolé la forêt équatoriale, rassurez vous,il y a des coins où l’homme n’a jamais mis les pieds depuis la création et rien que cela peut susciter une émulation dans le chef des touristes mordus d’aventure. Et il y a en a beaucoup », s’extasie Honoré Bena Ntumba. Le fait que cette zone soit aussi d’une grande sécurité est un atout majeur dans l’attractivité d’un tel projet. Le reste est une question de savoir-faire et de réseau. Ce qui ne manque pas au guide touristique international.

Disponible pour prêter son expérience au pays de ce point de vue,Honoré Bena Ntumba est aussi persuadé que d’autres parcs nationaux devraient être aménagés dans la zone ouest par le pouvoir public. En attendant que la paix revienne dans l’Est du pays et même lorsqu’elle sera revenue,ces parcs  » permettraient de visiter les espèces endémiques dans la périphérie de Kinshasa « .Ce qui va aussi contribuer à la promotion du tourisme de masse.

Dans sa villa cossue de Table view, Honoré Bena Ntumba ne discute pas que promotion du tourisme en RDC. Il a aussi sa lecture de la situation politique que vit le pays. Il promet de prendre la parole dans un avenir proche pour apporter sa modeste contribution à l’avancement de la politique au Congo.

Dans la même catégorie

Météo

Kinshasa
nuageux
22.3°C
22.3°
22.3°
88%
1.1kmh
66%
jeu
31°
ven
34°
sam
31°
dim
32°
lun
32°

A la Une