Fraude massive au Ministère de l’EPST/SECOPE : Le député national Tony Mwaba saisit le Parquet près la Cour de Cassation

Cleverly Dylan Gaye

Le député national Tony Mwaba a déposé ce lundi 02 Mars au Parquet près la Cour de Cassation, une dénonciation d’une fraude massive qui s’est installée d’après lui au Ministère de l’EPST plus précisément au SECOPE (Service de Contrôle de la Paie des Enseignants). Il parle non seulement des fraudes massives mais également de la corruption et des détournements des fonds publics. Les informations portées à sa connaissance par les agents de bonne foi qui oeuvrent au sein de ce Ministère et ainsi que d’autres enseignants, font état de ce que le Ministère de l’EPST a pris un certain nombre des décisions coulées dans les arrêtés mais qui mettent en mal le programme de la gratuité de l’enseignement primaire décrété depuis le début de cette année scolaire.

Les aspects politiques !

Sur le plan politique, le député national Tony Mwaba, a exigé de la présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda, qu’il a saisi par écrit, la mise sur pied d’une commission parlementaire pour enquêter sur tous ces faits. En outre, il a aussi écrit au Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilukamba d’ordonner la suspension de la mise en oeuvre de tous ces arrêtés et éventuellement leurs annulation.

Les aspects juridiques !

« Dans ce dossier, il y a des aspects pénaux et des infractions pour lesquels nous avons saisi le Procureur Général. Imaginez-vous que pendant qu’on cherche des voies et moyens pour réunir le salaire des enseignants et les assurés, il se pose un grand problème ce qu’ on est entrain de recevoir des listes des militants des formations politiques connues qui n’ont aucun rapport avec le secteur éducationnel, on les aligne sur des listes, on compose les listes des enseignants fictifs qui sont alignés dans écoles fictives pour venir gonfler lourdement le budget de l’État qui est affecté à l’enseignement», a révélé le député UDPS Tony Mwaba. Rien qu’à Kinshasa, on a dénombré plus de 1000 personnels fictifs engagés, sans ignorer qu’au SECOPE le salaire vaut le double de ce que touche un enseignant debout. À travers la république, on évoque des centaines de milliers des personnes fictives.

Démarche politique ou juridique ?

À cette question, l’élu de la Lukunga a rappelé qu’il agit en tant que député national, il a reçu mandat du peuple et aux termes de l’article 100 de la Constitution qui n’a pas des couleurs politique, le député n’a pas que pour mission de légiférer. Il aussi pour mission de contrôler le Gouvernement, les Entreprises publiques, les Établissements et les Services publics de l’État. À l’en croire, le programme de la gratuité de l’enseignement primaire est salutaire pour la société car ça a permis à beaucoup d’enfants de reprendre le chemin de l’école et d’épargner les parents de certaines souffrances.

Et le député national Tony Mwaba d’ajouter :« Lorsque ce programme que je considère de salutaire est mis en mal, je dois prendre mes responsabilités en tant que député national et je m’assume. C’est pourquoi j’ai fait la dénonciation pour que le Procureur près la Cour de Cassation mene des investigations au niveau du SECOPE, qu’on lance vraiment un filet pour traquer tous ceux qui se sont illustrés dans la fraude, dans la corruption et le détournement des frais destinés aux vrais enseignants et aux nouvelles unités qui attendent d’être mécanisés et payés mais qui vont souffrir malheureusement parce qu’il y a des recrutements des personnes fictives qui n’ont rien avoir avec l’enseignement» a-t-il conclu.

Dans la même catégorie

Météo

Kinshasa
orage et pluie
23.1°C
25°
21°
88%
10.3kmh
75%
lun
29°
mar
29°
mer
30°
jeu
32°
ven
24°

A la Une