Enquêtes judiciaires sur les travaux de 100 jours : le vice-ministre de la justice a visité les détenus « emblématiques » en absence de son titulaire en mission à Dubaï !


Par Cleverly Dylan Gaye et Paul-Valery Nkoto 

Par instruction du président de la république, le vice-ministre de la justice, Bernard Takaishe a rendu visite aux Directeurs des entreprises de construction, à savoir : Office de Routes (OR), SAfricas Congo et Husmal Sarl et Samibo Sarl, tous détenus provisoirement à la prison centrale de Makala. Le vice-ministre qui a agi en interim de son titulaire en déplacement, est allé constater les conditions de détention de ces cadres des entreprises qui exécutent les travaux du programme d’urgence de 100 jours du président de la république, selon les recommandations du dernier conseil des ministres auquel son titulaire, Célestin Tunda Yakasende n’avait pas pris part.

Au dernier conseil des ministres, le chef de l’Etat a déploré l’implication de certains acteurs politiques susceptible d’étouffer l’aboutissement heureux de ces enquêtes.

« S’agissant des enquêtes judiciaires  qui sont à la base des arrestations et détentions à titre provisoire de plusieurs directeurs généraux des entreprises qui exécutent les travaux, le Chef de l’Etat a insisté sur le fait que celles-ci doivent se dérouler dans le strict respect de la constitution et des lois de la République. Ila, en effet, déploré que certains magistrats en charge des dossiers soient l’objet de menaces et des manipulations », a déclaré David-Jolino Makelele lors de la lecture du compte rendu de la 23ème réunion du conseil des ministres.

« De même, il a été relevé que certaines personnes interpellées sont victimes de mauvais traitement  dans l’unique but d’extorquer des aveux », avait-il ajouté.

Depuis Dubaï où il séjourne, le Vice-Premier Ministre de la Justice et Garde des sceaux Célestin Tunda Ya Kasende s’est étonné de la visite de son vice dans les locaux de ses prisonniers considérés comme emblématiques à ses yeux. Considérant ce fauteuil comme son unique chasse gardée, Tunda Ya Kasende pense déjà que le comportement de son adjoint a pour objectif de compromettre le travail des magistrats et de porter atteinte à l’administration de la justice.