Galère au sein du FCC : Ilunga Ilunkamba visé !

Par Jean-Chrysostome Luntadila

Au Front Commun pour le Congo, c’est l’heure de la galère. La gestion orthodoxe voulue par le chef de l’État et assurée de main de maître par Sylvestre Ilunga Ilunkamba, chef du gouvernement, empoisonne ses relations avec certains membres de sa famille politique.

Loin de satisfaire les appétits gloutons de ceux qui se sont illustrés dans les pratiques de détournement de derniers publics dans un passé récent, le premier ministre, Ilunga Ilunkamba fait de nombreux jaloux comme jamais auparavant.

Nos sources font état d’une messe noire devenue très visible qu’orchestre nuit et jour la bande à Aubin Minaku.

Parmi les stratagèmes explorés par cette clique d’illuminés, figurent les mensonges propagés dans la presse pour créer la confusion au sein de l’opinion.

Leur objectif est clair : chasser ceux qui nous empêchent de manger. Le principal auteur cité dans cette affaire, Aubin Minaku.

Donc, il passe par des feuilles de chou d’obédience Idiofa (sa tribu bandundoise) pour en faire vraiment une guerre des tranchées contre la seule personne désignée au sommet de la toute première équipe gouvernementale sous la présidence de Fatshi.

Pourtant, tout le monde sait. La lutte pour entrer au gouvernement par ceux qui en étaient sortis, avait été âpre.

Il a fallu toute la détermination aussi bien du chef de l’État, Félix Tshisekedi que du président honoraire Joseph Kabila qui étaient déterminés à donner un souffle nouveau pour bloquer les jouisseurs de ne plus revenir dans la mangeoire.

A une année seulement depuis l’entrée en fonction du gouvernement Ilunga, ils sont déjà très fauchés. Maintenant, ils veulent revenir sur la table du gouvernement peu importe les voies empruntées.

Le trio Ilunga Ilunkamba-Selé Yelaghuli-Mayo Mambeke a bouché tous les trous par où passaient les tripatouilleurs des recettes publiques.

Ilunga Ilungakamba a échappé belle à une grogne sociale

Les tensions sociales enregistrées, ce dernier temps, dans plusieurs secteurs de la vie nationale, étaient une véritable épreuve de feu où la tête de Sylvestre Ilunga Ilunkamba devait être guillotinée.

Un moyen utilisé par ses détracteurs envieux de son fafauteuil, pour ternir l’image du PM au sein de l’opinion.

Fort heureusement pour la république, l’un des vertébrés dans la gestion classique des entreprises publique, a fini par convaincre les employés de l’Etat à regagner leurs lieux de travail.

Les grèves des médecins, des magistrats, des professeurs des universités publiques etc., en disent longues.

Pour l’instant, le premier des ministres se trouve dans la phase de réalisation de son programme quinquennal qui viendra sortir le pays du gouffre dans lequel il a été plongé depuis des années.