Gratuité de l’enseignement : Tony Mwaba poignarde le chef de l’État dans le dos !

Par Jean-Chrysostome Luntadila

La dénonciation du Député Udps Tony Mwaba et son lobby – identifié quoique resté dans l’ombre – contre la personne du Ministre d’État Willy Bakonga a été accueillie avec étonnements dans plusieurs milieux éducationnels. Oui. Pourquoi l’étonnement? Parce que s’il y a une réforme qui marche en RDC sous cette ère du Président Félix Tshisekedi c’est bien la gratuité de l’enseignement primaire, même les irréductibles évêques de la CENCO, réfractaires au départ, l’ont accepté lundi. Et donc, le cité Bakonga n’est pas à crucifier mais à encourager.

Curieux, c’est le même lundi que la dénonciation contre Willy Bakonga a été déposée au bureau du Procureur Général près la Cour de Cassation pour un supposé détournement massif au Ministère de l’EPST particulièrement au Service de Contrôle de la Paie des Enseignants -SECOPE avec sa participation et en joignant d’autres accusations dont des dossiers de fraude réglés avec poigne par le Ministre d’État. Troublante coïncidence, n’est-ce pas? Tony Mwaba sert-il les intérêts de ces derniers sous la cape de justicier ?

L’action de Tony Mwaba lundi intervient après que le week-end d’avant, précisément le samedi, Willy Bakonga mettait en garde tous ceux qui versaient dans des malversations financières en ce qui concerne la paie des enseignants rappelant que l’opération d’identification des NU qui doit élaguer fausses écoles et enseignants fictifs était de rigueur! Le Député a certainement eu à suivre cette sévère mise en garde car elle était très médiatisée, quid donc de son action?

Pour précision, la commission tablant sur la compilation de ces données et où se retrouvent des délégués même de la présidence, des syndicats d’enseignants, des Ministères des Finances et du Budget n’a même pas encore rendu son verdict qui devra atterrir sur la table du Président de la République et pris en délibération au Conseil des Ministres. Comment Willy Bakonga a-t-il créé des fictifs mécanisés ? Le Député Tony Mwaba et son lobby accorde au Ministre d’État des pouvoirs quasi-ésotériques qu’il n’a pas.

Les attaques contre Willy Bakonga plébiscité comme un des plus actifs des Ministres et dont celui le secteur tourne à la grande machine loin de le nuire personnellement commence à risquer de nuire aux apports des partenaires particulièrement la Banque Mondiale à la gratuité. En effet, des bruits laissent entendre que cette institution de Breton Woods commence à se poser des sérieuses questions si elle n’est risque pas de commettre une erreur en aidant cette réforme majeure de l’éducation en RDC avec un milliards de dollars américains une somme devant, entre autres, payer les NU. Idem pour d’autres partenaires multilatéraux. Une interrogation : Tony Mwaba dispose-t-il de plus d’information que ces partenaires qui ont eu des données fiabilisées par leurs propres experts avant de se décider ? À force de nuire à un Ministre sorti d’un parti allié dans la coalition FCC-CACH parce que le croyant devenu milliardaire, ces détracteurs de Bakonga viennent rien de moins que de tirer sur les pieds de Félix Tshisekedi en saignant le processus de la gratuité, promesse réalisée du Chef de l’État. Quid de l’intérêt des millions d’enfants congolais qui ont bénéficié de cette réforme ? Triste pour ces politiques experts dans l’art d’ôte toi de là que je m’y mette. L’opinion est alertée. Ce lobby boutiqué dans les couloirs de l’Assemblée nationale par un ancien Ministre du secteur et un haut gradé de l’Udps identifiés ne travaille-t-il pas contre Félix Tshisekedi ?