Décès de Me Mukendi : un bâtonnier pleure un autre, les larmes de Me Jean-Claude Muyambo

Jean-Chrysostome Luntadila

C’est un vibrant hommage qui vient d’être rendu. C’est un témoignage choc signé par l’ancien bâtonnier de Lubumbashi, Me Jean-Claude Muyambo, en mémoire d’un autre ancien bâtonnier de la ville de Kinshasa, Me Jean-Joseph Mukendi. Dans sa tribune mémoriale signée,ce mardi 24 mars 2020, quelques minutes avant la mise en terre de la dépouille mortelle du bâtonnier Mukendi, mort de la tragique épidémie du Coronavirus, Muyambo salue la mémoire d’un caïman, un Maître qui l’a adopté à la première heure de sa profession. Le soutien d’un avocat tel un défenseur de la Nation, Me Mukendi n’a pas supporté la dernière arrestation arbitraire du président national de SCODE, opposant à la dictature de Joseph Kabila, d’où il a accepté de plaider pro deo (gratuitement). Nourrissant pendant longtemps une alliance patriarcale avec Muyambo, Me Mukendi était toujours disposé à rendre service à son fils adoptif. Plusieurs autres éloges font couler les larmes de Muyambo qui regrette de n’avoir pas assisté aux obsèques de son Maître-Père.

Ci-dessous, la tribune de Jean-Claude Muyambo en mémoire de Me Jean-Joseph Mukendi Wa Mulumba

Bâtonnier Mukendi,
Je me rappelle quand j’ai été admis comme Avocat sur la liste des stages et que vous étiez venu à Lubumbashi, vous m’aviez complètement adopté ;
Je me rappelle aussi quand j’ai été élu Bâtonnier du Barreau de Lubumbashi à l’époque, vous m’aviez appuyé et prodigué des conseils en me rassurant que vous seriez toujours disposé pour me prodiguer davantage de conseils ;
Bâtonnier Mukendi, j’ai été arrêté le 20 janvier 2015 et quelques temps après vous étiez venu me rendre visite à la Prison centrale de Makala pour me dire une fois de plus que vous êtes disposé à me défendre ; ne voulant pas vous surcharger, je vous avais dit que j’avais un collectif d’avocats pour ce faire mais vous aviez réitéré le souhait de me défendre en vous rendant disponible à tout moment.
Effectivement, après avoir été condamné injustement à 5 ans de servitude pénale, je vous avais appelé et vous aviez dit être disponible pour la cassation. Une autre chose que je n’oublierai pas, lorsque je vous avais demandé à combien seraient fixés vos honoraires, vous m’aviez dit que ce n’est pas moi qui peut vous demander de l’argent pour un service rendu à la nation.  Et vous étiez disposé à me défendre pro deo c’est-à-dire gratuitement, et cela restera gravé dans ma tête. Et vous aviez fait de votre mieux pour que je quitte la prison. La veille de l’audience à la cour suprême de justice de l’époque, vous m’aviez appelé pour me dire que vous voyagez pour l’Europe mais vous aviez pris le soin d’appeler le Bâtonnier National Matadi Wamba Kamina Muntu vous représenter à ladite audience. C’est ce qui a été fait.
Plus d’une fois, vous aviez envoyé vos collaborateurs à la Cour Suprême de Justice à l’époque pour s’enquérir de l’évolution du dossier. Un jour finalement, vous m’aviez appelé pour me dire : Bâtonnier, prends courage, sois fort parce que vous aviez compris que mon dossier n’était pas judiciaire, et la procédure demeure jusqu’à ce jour.
Je me suis réveillé ce matin et j’ai appris vous êtes partis au delà, quel choc, quelle surprise ! C’est la volonté du bon Dieu.

Bâtonnier, je me rappelle que vous disiez souvent qu’il faut résister.
De votre vivant, je n’ai jamais su quand est-ce que vous étiez fâché et vous étiez serviable envers tout le monde sans faire de distinction ni politique ni tribale, surtout sans peur parce que vous vous étiez engagé à servir tout être humain. Qui ne sait pas que vous étiez le plus grand défenseur de droit de l’homme ?
Bâtonnier, j’ai été abandonné par tout le monde à cause des intérêts politiques, excepté le collectif de mes avocats et quelques personnes qui ont compris le sens de ma lutte dont vous mon bâtonnier et mon avocat.Plusieurs personnes m’avaient considéré à l’époque comme un virus, mais vous ne m’aviez pas abandonné.
Je sais que vous n’aviez pas aidé moi seulement, mais aussi plusieurs personnes. Chaque fois qu’on avait besoin de vous, à n’importe quelle heure, vous n’hésitiez pas à vous rendre disponible.
C’est une grande perte pour le Barreau congolais d’une manière générale, une perte pour le Conseil National ;
Mon bâtonnier et mon avocat je ne sais pas venir vous enterré à cause de ce fameux coronavirus.Adieu Bâtonnier Mukendi
Vous allez nous manquer

Que la terre de nos ancêtres vous soit douce, et reposez-vous en paix!

Jean Claude Muyambo k.

Dans la même catégorie

Météo

Kinshasa
orage
26°C
26°
26°
78%
1.5kmh
20%
mar
28°
mer
28°
jeu
30°
ven
32°
sam
24°

A la Une