RDC : à Kinshasa, un pasteur «influent» envoyé en prison pour viol !

Par Jean-Chrysostome Luntadila

Le malheur a fini par s’abattre sur l’Evêque Pascal Mukuna. Poursuivi notamment pour viol, le pasteur a été soumis à une audition de confrontation ce mercredi 13 mai contre sa victime Mamie Tshibola, l’homme de Dieu a été transféré tôt le matin à la prison centrale de Makala ce jeudi 14 mai 2020. D’après nos sources proches du parquet général de la Gombe, le magistrat n’a pas voulu l’envoyer la nuit à la prison par crainte des représailles de ses fidèles de l’église et ses fanatiques de son équipe de football Fc Renaissance.

En effet, juste après sa plainte conte Joseph Kabila, ancien président de la république et sénateur à vie, le pasteur de l’Assemblée Chrétienne de Kinshasa a vu circuler dans les réseaux sociaux une vidéo sextape, dont la scène se déroule dans une jeep postée dans un endroit isolé, l’impliquant à une dame répondant au nom Mamie Tshibola, âgée de plus de 40 ans et mère de nombreux enfants. Beaucoup de kinois critiquent la célérité dans le processus de sa mise en détention provisoire à Makala. Les avocats déplorent un vice de procédure dans le Chef du magistrat instructeur. Ce vendredi, plusieurs hommes de Dieu sont montés au créneau pour fustiger cette manière de faire de la justice et implorent aux autorités d’accorder des circonstances atténuantes afin d’une liberté provisoire en faveur du pasteur Mukuna.

 

Dans la même catégorie

Articles récents

RDC : le PDG Martin Ekanda sera inhumé ce jeudi 13 août à la Nécropole Entre Terre et Ciel

Par Serge Mavungu Décédé dans la nuit du 17 juillet 2020 , de suite d'un dysfonctionnement organique, le programme...

Présidence de la Ceni : la candidature de Paul Nsapu portée par une frange importante de la société civile

Par Serge Mavungu La polémique autour du prochain animateur principal de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) continue à...

RDC : le ministère de l’intérieur procède à l’identification de “toute personne détentrice d’une arme d’auto-défense”, Gilbert Kankonde

Par Jean-Chrysostome Luntadila Le ministère de l'intérieur, sécurité et affaires coutumières accorde trois mois, pour que toute personne détentrice...