Kongo-central : «le garde du corps d’Atou Matubuana n’a pas tiré à bout portant sur une dame !». Tout comprendre sur l’incident de Boko

Par Ben Dongoko

Cacher la vérité pour salir l’image d’une personne c’est comme empêcher la grossesse de se faire remarquer. Contrairement à ce qui se relate au détriment du gouverneur Atou Matubuana, au sujet de ce qui s’est passé ce vendredi 10 juillet 2020 à Boko dans le Kongo Central, les sources fiables proches du gouverneur ont vite éclairé la lanterne de la population à travers un communiqué rendu public ce samedi 11 juillet 2020.

En effet, à la suite de la hausse sans consultation de la tarification de ticket à payer pour la traversée du pont Maréchal par le comité de gestion de l’OEBK, les usagers du Pont Maréchal ont barricadé la route et un encombrement routier s’est sérieusement installé. Plusieurs interventions des autorités ( Ministre de transport, maire de la ville…) se sont avérées vaines.

Ces sources proches du gouverneur ont fait savoir, par la suite, qu’au moment où des éléments de police levaient la barrière, certains inciviques ont commencé à lapider. Et face à cet affrontement entre la population et la Police de la ville; cette dernière a pris l’option de tirer en l’air dans le but de disperser la foule. Malheureusement, une maman a rendu l’âme par une balle perdue.

Et face à tout ce triste scénario, le Gouverneur a convoqué une réunion du comité de sécurité provinciale à l’issue de la quelle, d’une part, une enquête a été diligentée pour détecter les semeurs des troubles. Et d’autre part, le comité de gestion de l’OEBK doit être entendu sur l’opportunité de cette hausse de prix.

Soulignons par ailleurs que le Gouvernement provincial s’est engagé à assister la famille éprouvée et organiser des obsèques de la défunte mère mais également revoir à la baisse le prix du péage.