RDC : “la condamnation injuste de notre frère Vital Kamerhe et le massacre collectif de nos frères à Walikale nous ont plongé dans les tourments”, Abbé Bagendabanga Jean Pierre

Par Serge Mavungu

Une messe a été dite ,en mémoire des Bashi massacrés à Walikale , dimanche 29 novembre 2020 ,à la Paroisse Notre Dame de Fatima ,dans la Commune de la Gombe.
Signalons par ailleurs qu’au cours de cette messe organisée par la communauté Cinyabuguma C’abashi vivant à Kinshasa ,une intention de prière a été adressée à Dieu en faveur de Vital Kamerhe qui a un sérieux problème de santé afin qu’il recouvre sa liberté.

L’Abbé Bagendabanga Jean-Pierre de l’Archidiocèse de Bukavu a ,
dans son homélie, rappelé que l’Avent est un temps favorable qui prépare les fidèles catholiques à l’avenue du Messie.
“C’est un temps de prière et des actions de mortification pour témoigner notre amour envers Dieu et envers nos frères vivants et morts”, a-t-il ajouté.

Et l’Abbé Bagendabanga Jean-Pierre de se demander :
“Bien aimé peuple de Dieu, peuple du Bushi, ces événements que nous célébrons aujourd’hui montrent combien l’année 2020, année marquée par la Covid -19 n’a pas été favorable pour nous. Alors que la pandemie nous stresse, la condamnation injuste de notre frère Vital Kamerhe et le massacre collectif de nos frères à Walikale nous ont plongé dans les tourments. Le rire des personnes satisfaites de notre malheur suscite en nous des questions : Est-ce que Dieu nous aime ? Pourquoi sommes-nous devenus une cible ? Pourquoi reste-t-il silencieux devant nos bourreaux qui nous torturent et ricanent ? Pourquoi Dieu accepte -t-il que nos amis nous retournent le mal pour le bien que nous leur avons fait ?”.

Face à ce tableau sombre ,il exhorte le peuple Bashi à ne pas se décourager car Dieu les aime tous comme un Père.

“Ce que nous vivons aujourd’hui n’est que la manifestation de la méchanceté d’un homme ou des hommes. Notre Seigneur n’y est pour rien. Dieu est avec nous. Il ne nous a pas abandonné. Dans ce désert que nous traversons nous devons crier vers lui comme Isaïe l’avait fait dans son épreuve”.