Lualaba : la deuxième descente consécutive de l’IGF inquiète les autorités locales

Par Serge Mavungu

À l’absence du Gouverneur de la province de Lualaba ,Richard Muyej Mangeze ,évacué d’urgence en
Afrique du Sud
pour des soins appropriés ,ses administrés sont, aujourd’hui , apprend-t-on de nos fins limiers, surprises de revoir un mois après la fin de la mission officielle de l’IGF, une autre équipe diligentée pour un autre contrôle de Finances de la Province à l’absence de l’Ordonnateur des dépenses.

D’après quelques autorités locales , force est de constater malheureusement que cette équipe de l’IGF est bien entretenue par la Vice-gouverneur de la Province ,Fifi Masuka qui est en contact permanent avec qu’elle ces deniers jours.
Ces faits sont interprétés de manière diverse par l’opinion.

D’aucuns se posent plusieurs questions sur les motivations réelles de cet acharnement sur la seule Province du Lualaba et une seule lecture réelle doit être faite à savoir la déstabilisation ou le freinage de l’élan de développement sous la houlette de Richard Muyej Mangez Mans au profit des intérêts égoïstes des ennemis du Lualaba.

Le traitement injuste de la province du Lualaba par une certaine opinion à l’instar des autres nouvelles provinces issues de démembrement de novembre 2015 étonne plus d’un.

Le démembrement de l’ancienne province du Katanga en quatre nouvelles provinces dont celle du Lualaba en novembre 2015, a créé des nouvelles provinces sans aucune structure d’accompagnement dans la gestion administrative ou simplement des finances publiques.

Ces nouvelles provinces se sont créées de manière autonome sans aucun accompagnement du gouvernement central. Non seulement que les rétrocessions à caractère national n’arrivent pas, mais l’administration en province est totalement inexistante ou alors elle est mal organisée.

Pour le cas du Lualaba, au moment du démembrement, les commissaires spéciaux se sont retrouvés seuls sans aucune division de la fonction publique pour encadrer les services d’assiettes, sans régie provinciale ou direction des recettes. Aucune direction d’accompagnement de la chaine de la recette ou de celle de la dépense notamment, les directions de passation des marchés publiques, du budget, de la paie, du trésor et de l’ordonnancement pour ne citer que celles-là.

Toutes ces structures étant restées ,à Lubumbashi, au service du gouvernement provincial du Haut Katanga qui avait hérité de l’ancien chef-lieu du Katanga.

Il fallait parer au plus pressé. Créer toutes les structures nécessaires au bon fonctionnement de la province, recruter le personnel et commencer progressivement à le former, commencer des démarches auprès de l’administration centrale pour engager la décentralisation des anciennes divisions et services provinciaux restés à Lubumbashi pour l’encadrement des services d’assiettes.

Quatre ans après, le gouvernement provincial du Lualaba au prix d’énormes efforts a réussi par lui-même sous la houlette de du Gouverneur Richard Muyej, à mettre en place un gouvernement provincial avec personnel d’appoint, une administration avec les directions ci-haut énoncées et d’autres encore comme les directions d’assainissement, de la fonction publique provinciale ou encore celle de l’artisanat minier, une direction des recettes ou régie financière dénommée DRLU organisée en sept divisions. Toutes ces structures dotées de bureaux dans des bâtiments propres à la province ou de location.