Stade Lumumba : la méchanceté de Déo Nkusu porte préjudice à Matadi

Par Edmond Izuba

La colère enfle toujours auprès des dignes fils du Kongo-central malgré les dix ans qui se sont écoulées depuis. Faisant l’intérim de son gouverneur titulaire, Simon Floribert Mbatshi Mbatsha qui avait postulé à la députation nationale, le vice-gouverneur Déo Nkusu qui n’avait aucune ambition électorale, deviendra gouverneur intérimaire. Ce Kabiliste de l’espèce moins recommandable sera placé à la tête de la province. Son rôle en réalité etait de jouer des coups tordus aux adversaires politiques du candidat Joseph Kabila.

En novembre 2011, le gouverneur intérimaire Deo Nkusu a multiplé des entraves cherchant par tous les moyens comment empêcher à Étienne Tshisekedi, rival de Joseph Kabila et candidat n°11 à la présidentielle de 2011, d’organiser son meeting à Matadi dans des meilleures conditions. Il a commencé par lui refuser l’atterrissage à Matadi. Le téméraire Deo Nkusu va désorienter brusquement les adeptes du candidat de l’opposition déjà favori (d’après les intentions de sondages). Il fait d’une pierre plusieurs coups non seulement en interdisant le meeting de Ya Tshitshi à un terrain préalablement désigné, mais en ce lieu, il s’est permis de jeter des moellons pour empêcher l’accès à toute personne.

Ce Né Kongo avait oublié que la campagne ne durera que l’espace d’un mois et que le vrai enjeu était centré sur la réhabilitation du stade qui porte le même nom que tout premier héros national congolais Lumumba. Est pris qui croyait prendre, Déo Nkusu, candidat gouverneur et ticket du parti présidentiel Pprd, sera désillusionné quand il va mordre la poussière face à un candidat indépendant, Jacques Mbadu d’heureuse mémoire. Sans réfléchir sur comment gagner la confiance des Ne Kongolais, le régime Kabila endurcit son cœur pour ne pas terminer les travaux de ce stade. L’entreprise ayant gagné le marché ne sait plus avancer face à un contrat mal negocié et signé à la sauvette.

Le besoin reste, la population regarde impuissant son stade Lumumba en train de s’effondrer. C’est notamment les conséquences du vote-sanction du camp Kabila lors des élections dans cette province. La population du Kongo-central n’a nourri qu’une ambition : obtenir la reconfiguration de la classe dirigeante.

Ayant porté à bras le corps le candidat Félix Tshisekedi à la tête du pays et le fils du coin Atou Matubuana à la tête de la province, un vent nouveau souffle désormais. Sur la table de l’ancien vice-gouverneur, gouverneur intérimaire devenu gouverneur titulaire, Atou Matubuana, le dossier de la reprise des travaux du stade Lumumba est une priorité. Un autre digne fils de la province a accepté de mettre la main dans la pâte. un visage peu connu du monde politique, Robert Niondo est une figure qui évolue depuis longtemps dans la philanthropie. Il veut relever le défi : terminer avec ses moyens le stade Lumumba pour honorer la province et le héros national Patrice Emery Lumumba. Un nouveau contrat signé, mais la méchanceté de Kabilistes encore présents au nom de la coalition au pouvoir voudrait que ce terrain ne soit pas réhabilité selon la volonté du gouverneur. Comme fut le premier contrat, le dossier sera encore bloqué au niveau de l’Assemblée provinciale. Un blocage de courte durée parce que cette fois-ci les députés provinciaux ne se laisseront pas faire. Ils ont collé une motion de défiance au président Matusila, acolyte du Front Commun pour le Congo, famille politique de Joseph Kabila, question de le chasser par la petite porte. Le député provincial Jean-Claude Vuemba ne réfléchira pas deux fois pour envoyer au gouverneur le quitus favorable de l’Assemblée provinciale pour la reprise des travaux. Le nouvel espoir est né, Robert Niondo et le gouverneur Atou Matubuana ont décidé du sort positif du stade Lumumba à travers un contrat en bonne et due forme, ce vendredi 12 février 2021. Les travaux démarreront le mardi prochain.