Dossier Guelor Kanga : La FECOFA expose le Gabon à la rusée publique et préconise la qualification de la RDC pour la CAN 2022

Par Gratis Makabi

Le feuilleton de la fausse identité de l’international gabonais, Guelor Kanga Kaku continue de faire rage dans le milieu du football mondial.

Pendant que la bataille entre la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA) et la Fédération Gabonaise de Football (FEGAFOOT) sur le faux document dudit joueur est au niveau de la Confédération Africaine de Football (CAF), les organisations faîtières du football se livrent dans une bagarre sur les réseaux sociaux.

Répondant à la lettre offensive de la FEGAFOOT adressée à la CAF sur ladite affaire, la FECOFA s’est dit très respectueuse de sa consœur gabonaise et surtout des prescrits réglementaires en la matière.

“La FECOFA se refuse de toute communication ou commentaire de quelque nature que ce soit en rapport à son recours à la CAF quant à l’usurpation d’identité d’un joueur de la sélection gabonaise.
En sus, elle s’interdit d’emprunter cette vilaine piste des qualificatifs sulfureux, proches de l’injure facile pour s’en tenir uniquement, la conscience tranquille, aux éléments et argumentaire muscles contenus dans son dossier de dénonciation à la CAF qui n’est nullement tributaire de quelque durée quant à ce. La dénonciation pouvant être soulevée à tout temps et tout lieu”, a fait savoir l’organe faîtière du football congolais, ce lundi 03 mars 2021, dans un communiqué.

La FECOFA s’est dit, en outre, confiante à la CAF, en ses commissions permanentes et en ses organes juridictionnels. Elle s’attend à l’aboutissement heureux de cette affaire pour que soient préservés l’équité, l’éthique morale et la loyauté dans nos pratiques footballistiques sur le continent.

Pour rappel, juste après l’élimination des léopards de la RDC à l’étape des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Cameroun 2022, la FECOFA avait déposé une plainte à la CAF contre la FEGAFOOT. L’instance faîtière du football congolais accuse le Gabon d’avoir falsifié le document du joueur Guelor Kanga. Selon elle, ce dernier est né à Kinshasa, avant de rallier Libreville très jeune, son vrai nom c’est Guelor Kiaku Kiaku Kiangana mais sur sa licence il est écrit qu’il est né à Oyem et il a changé d’identités en prenant une partie du nom de son père adoptif au Gabon.

La CAF a, dans une correspondance demandé au Gabon, de présenter ses éléments de défense au plus tard, le mardi 04 mai prochain sur ledit dossier.

Il sied de noter que, l’article 46 du règlement de la CAF stipule qu’au cas où les faits incriminés seraient avérés, l’association nationale reconnue coupable sera suspendue de participation aux deux éditions suivantes de la CAN.

L’article 47 fait savoir, pour toute erreur administrative en matière d’enregistrement des joueurs, l’association nationale concernée sera suspendue de participation à l’édition suivante de la CAN et son équipe sera éliminée de la compétition si cette dernière est toujours en cours.