Dot fixée à 500 USD en milieu urbain : Les célibataires Kinois applaudissent cette initiative de Daniel Mbau ! (Sondage d’opinion)

(Francoise Mbuyi, GPJ Democratic Republic of the Congo)

Par Emmanuel Sandalay

Le député national Daniel Mbau a dans une exclusivité accordée à un media de la place fait savoir qu’il entend déposer à l’assemblée nationale une proposition de loi visant fixer le prix de la dot à 500 dollars pour les milieux urbains et 200 pour les milieux ruraux. Depuis lors, plusieurs voix se lèvent pour soutenir ou rejeter ladite proposition. Au micro de objectif-infos.cd, la plupart de Kinois ont salué cette initiative de Daniel Mbau qui prête main-forte aux célibataires à pouvoir d’achat réduit.

« Je pense que le montant (500) dollars n’est pas un problème, bien qu’il permet aux jeunes de se marier sans beaucoup des difficultés. C’est aux parents de donner leurs filles aux hommes responsables, capables de prendre en charge une épouse », laisse entendre Marco Mvula ( informaticien) en suggérant une étude minutieuse avant l’adoption de la dite loi.

Dans le même ordre d’idée, précieuse Boyo (musicienne) estime que l’argent ne devait normalement pas être un problème, du fait qu’il ne doit s’agir que d’un symbole, correspondant aux coutumes africaines qui voudrait qu’on donne des chèvres, poules, tiges-coton, clou de girofle et autres.

Si les uns vont dans le sens de soutenir la loi, il n’en est pas le cas pour une minorité de Kinois.

« Je ne suis pas d’accord avec cette proposition du fait que, la dot est une façon de valoriser la femme. La proposition de loi visant revoir à la baisse le prix de la dot, est non sens », tonne Daiana Mankonga ( employé de la secope), en soulignant que ladite baisse poussera même les irresponsables à se marier, par ricochet on assistera aux divorces en cascade.

Pour Sarah Malungu (étudiante), la proposition de loi de Daniel Mbau est la bienvenue car, une fois adoptée par l’assemblée nationale, elle permettra aux jeunes de se marier sans beaucoup trop de problèmes. Elle permettra également de mettre fin au phénomène  » Yaka tovanda » qui consiste à cohabiter sans être uni par le lien du mariage.

Article précédentNord-Kivu: Détention de plus de 90 pêcheurs congolais en Ouganda
Article suivantRDC : Ouverture d’une table ronde sur la lutte contre la corruption dans les institutions publiques