Les chefs coutumiers reclament le traitement de la loi sur la dot

Par Emmanuel Sandalay

Une fois mis au parfum sur la proposition de loi relative à la dot déposée à l’assemblée nationale, le président du Conseil Supérieur de l’autorité traditionnelle et coutumière, Mfumu Difima, n’est pas resté sans mot. Il reclame de ce fait, le traitement de cette loi par sa corporation.

«Je voudrais, par cette occasion, inviter le président de l’Assemblée nationale de nous renvoyer ce projet de loi. D’envoyer d’abord ce député à la consultation avec les chefs coutumiers. N’enervez pas les chefs coutumiers parce que c’est un plaisir ! Au village, 200 $ sur base de quoi ? », s’est-il interrogé.

«Ne confondons pas ce qu’on appelle les exactions en ville avec la vie des congolais. Je ne vais pas un débat qu’il amène au niveau de l’Assemblée nationale, parce que cette chambre ne représente pas la coutume. Il veut parler d’une loi qui concerne la coutume, il aurait mieux fait de commencer par la consultation avec la coutume », a-t-il fait savoir.

Pour le président national du Conseil supérieur de l’Autorité traditionnelle et coutumière, la constitution dans son article 207 reconnaît l’autorité coutumière et la loi numéro 15/015 du 25 août 2015 donne le plein pouvoir à l’autorité coutumière. Sur ce, il ne jure que par le respect de la coutume.

Article précédentLes chefs coutumiers reclament le traitement de la loi sur la dot
Article suivantJournée mondiale des dauphins : Le coordonnateur de l’AJDD avance les raisons de protéger l’espèce aquatique